Soirée au bout du monde

Soirée au bout du monde

Noche al fin del mundo

Hoy tenía ganas de hablarles de un lugar hermoso, lejano y rico que descubrí unas semanas atrás, antes de las fiestas. En Tierra de Fuego, allí al fin del mundo, comí en la Estancia de Monte Dinero, lugar perdido en las colinas de Patagonia donde los dueños tienen un restaurante y alquilan unas habitaciones para los turistas.

Es verde, tranquilo, desolado, acogedor. Fuimos numerosos a la mesa esta noche y creo que la palabra justa seria que hemos festejado!

Soirée au bout du monde

Aujourd’hui j’avais envie de vous parler d’un endroit magnifique, lointain et gourmand que j’ai découvert il y a quelques semaines, avant les fêtes de Noel. En Terre de Feu, là-bas au bout du monde, j’ai mangé a l’Estancia de Monte Dinero, un endroit perdu dans les collines de Patagonie dont les gérants tiennent un petit restaurant et louent une habitation pour les touristes de passage.

C’est vert, tranquille, désolé, chaleureux. Nous étions une grande tablée et je crois que le mot approprié serait que nous avons ripaillé !

Una sola sala grande, con mesas largas de madera, y un rincón un bar chiquito para las noches, y un hogar un poco retirado con libros de viaje por todos lados. Acá se cocina el cordero a la llama, de pie y puesto en un soporte para que se vaya cocinando lentamente. El cordero de Patagonia no es seco sino jugoso, un poco graso, tierno, y solo se come en el sur porque muchos se exportan. En el fuego se cocinan también despojos (la morcilla acá es un lujo) y carne, salchichas…También muy rico el mondongo. La carne es reina acá, lo demás es opcional, el vino argentino.

 

Une seule grande salle avec de longues tables en bois, et dans un coin un petit bar pour les fins de soirée, et un âtre un peu en retrait avec des livres de voyage éparpillés. On cuisine l’agneau à la flamme, debout et fixé sur un support pour qu’il ne cuise pas trop vite. L’agneau de Patagonie n’est pas sec mais juteux, un peu gras, tendre, et on n’en goute que dans le sud de l’Argentine car il est en général réservé a l’exportation. Dans l’âtre cuisent également des abas (le boudin ici est une diablerie) et de la viande, des saucisses… Egalement délicieux le plat de mondongo (tripes mijotées en sauce). La viande est reine ici, l’accompagnement une option, et le vin argentin.

El corte de la carne me asombró. Solo vi a mujeres esta noche, en el horno, al servicio… Una mamacita con cara indiana agarró un cuchillo enorme y se puso a cortar la carne: gestos asegurados, precisión, sabe cómo cortar, trabaja rápido, el plato llega humeante a la mesa, felicidad general, cada uno se sirve en el plato o se deja servir. Es generoso y alegre. Comemos con tablas de madera y cubiertos rústicos.

La découpe de la viande m’a sidérée. Je n’ai vu que des femmes ce soir-là, au fourneau, au service… Une mamacita un peu typée indienne a attrapé un énorme couteau de cuisine, et s’est mise à découper la viande : gestes assurés, précision, elle sait comment couper, travaille vite, le plat arrive fumant a table, joie générale, chacun se sert dans le plat ou se fait servir. C’est généreux et réjouissant. On mange sur une planche en bois avec des couverts un peu rustiques.

Sin embargo el lugar no es verdaderamente rustico. Porque para llegar acá, literalmente al fin del mundo, hace falta un poco de plata. Excepto yo, los únicos extranjeros son una pareja en otra mesa. Todos me dicen que son franceses, “es seguro, mira, tienen ropa de trekking.” Lo tomo como un cumplido.

Rustique cependant l’endroit ne l’est qu’en apparence. Car pour arriver ici, littéralement au bout du monde, il faut quand même un peu d’argent. A part moi, les seuls étrangers sont un couple dans la salle. On me dit que ce sont des français, « c’est sûr : regarde, ils sont habillés en trekkeurs ». Je prends ça comme un compliment.

Noche memorable. Al momento de irse, dejas el calor de la sala para encontrarte de vuelta con el viento de Patagonia. Es de noche. Te vas por estos caminos pedregosos, cantando para que dure un poco más esos momentos únicos del fin del mundo…

Soirée mémorable. Au moment du départ, on quitte la chaleur de la salle pour retrouver le vent de Patagonie. Il fait nuit. On reprend ces routes caillouteuses, et on chante histoire de faire durer un peu plus ces moments uniques du bout du monde…

 
Si Montmartre m’était conté!

Si Montmartre m’était conté!

Tu as bonne mine dis donc!

Tu as bonne mine dis donc!