Mon coeur bat pour #10

Mon coeur bat pour #10

Déjà la dixième édition de Mon coeur bat pour et toujours de nouveaux coups de coeur dont j’ai plaisir à vous parler!

Je m’épate de notre faculté à nous renouveler, à nous émerveiller et nous enthousiasmer pour de nouvelles choses, quelles qu’elles soient : activités, sorties culturelles, food, mode, voyage et tous les autres détails ou petits objets qui sont pourtant importants et embellissent parfois notre quotidien.

On démarre donc tout de suite avec une activité totalement nouvelle pour moi et que j’ai hâte de pouvoir mieux maîtriser :

La couture

Jusqu’ici je ne savais “coudre” qu’à la main, et encore… quand je dis coudre c’était raccommoder un ourlet ou un trou dans une chemise… et pas toujours de façon esthétique… en bref, la base utile de la couture. Mais j’ai décidé de me lancer, et d’apprendre, car l’idée me trottait dans la tête depuis un moment et que je commence à me rendre compte que je suis quelqu’un de manuel et de patient, et ça tombait bien, j’ai eu du temps pour moi.

J’ai donc appris le fonctionnement d’une machine à coudre et décidé de me lancer dans quelques réalisations, pour le plaisir et l’entraînement. Un tote bag pour commencer, pour lequel j’ai choisi une toile colorée mais facile à manier (je vous le montrerai en look). Pour la deuxième pièce, j’ai tout de suite été ambitieuse en créant une combinaison, que je vous dévoilerai également dans quelques semaines probablement.
Je suis contente du résultat même si évidemment certaines finitions laissent à désirer, que la machine a parfois joué avec mes nerfs (je suppose que c’est le jeu surtout quand on débute), mais le tissu n’était pas évident (assez stretch) donc je m’en suis tirée de façon honorable!

Grosse satisfaction surtout d’imaginer et de réaliser ses vêtements et accessoires soi-même, motivée par une question de coût (bien que pas toujours) et surtout parce que cela me permettra de porter ce dont j’ai envie, sans me casser la tête à le dégoter en magasin…. (ce qui s’avérera peut-être compliqué dans les mois à venir pour moi, nous en reparlerons).

Bref je rêve déjà de me lancer dans d’autres réalisations, en ce moment je n’ai pas le temps mais le net regorge de sites supers (comme ready-to-sew qui nous donnent de jolies idées, comme ci-dessus).

Hâte de me mettre en recherche de jolis tissus et de me confectionner des choses uniques!

Lecture

Peu de rendement niveau lecture ce mois-ci, mais du lourd! J’ai mis le temps, comme d’habitude, mais j’ai fini par m’attaquer à deux valeurs sûres. Je ne sais pas vous mais moi j’ai toujours du mal à lire les livres dont j’entends beaucoup de bien en même temps que tout le monde. Je ne sais pas si c’est la peur d’être déçue ou de ne pas les apprécier à leur juste valeur, mais souvent je les lis trèèèèès longtemps après.

Bref! j’ai enfin lu le Goncourt de l’an dernier, L’ordre du jour, d’Eric Vuillard. Un tout petit livre qu’on finit presque trop vite. Bien écrit, avec un rythme vif malgré un sujet qui peut paraître ennuyeux car trop historique… L’auteur nous raconte comment l’Europe et tous les acteurs politique en général ont, par leur immobilisme, mollesse, manque de jugeote ou de réaction, laissé Hitler arriver au pouvoir, de coups d’état en coups de bluff.

C’est toute l’ambiance d’une époque qui nous est livrée, et les grands hommes comme les faits historiques (les industriels et les invasions allemandes qui ont fini par mener à la guerre) prennent une tournure risible, ridicule. J’ai adoré ce livre, très bien écrit, précis, documenté sans être lourd. Je ne me suis pas ennuyée mais au contraire je suis restée à me questionner sur cet immobilisme des politiques et de la société face à l’inadmissible, qui pourrait totalement se reproduire à notre époque. Qui se reproduit déjà. Eric Vuillard nous montre que la grande Histoire est parfois toute petite…

Ai-je besoin de présenter ce livre de Maylis de Kerangal, qui a donné un fameux film, également primé? Très acclamé par la critique, je n’ai entendu que du bien de ce livre, et j’en avais un peu marre d’entendre ma mère me demander à chaque fois d’un air presque offusqué “quoi tu ne l’as pas lu?” (en même temps elle me dit ça pour 70% des livres dont elle me parle….).

J’ai finalement eu vraiment envie de le lire, c’était le moment pour moi et je ne l’ai pas encore terminé mais je le dévore. Pourtant l’intrigue est pliée dès le début : un adolescent, un accident grave, le sujet du don d’organes… En bref pas question de légèreté, mais un récit précis, minute par minute, dans la peau et la tête des parents, des médecins, de la petite amie… Que peut-on ressentir devant tant d’horreur et d’injustice? Comment les équipes de soin tentent de mobiliser rapidement des parents sous le choc tout en respectant et en faisant accepter un deuil, processus long, en quelques heures seulement. Le pouvoir des mots, l’humanité, la fragilité du corps humain. Voilà pour l’instant ce que m’inspire cette lecture riche, qui je n’en doute pas a encore beaucoup de choses à m’offrir (je n’en suis qu’à la moitié).

Un livre pas très gai mais que je vous conseille donc vraiment, car l’auteur ne tombe jamais dans le pathos, se contentant d’analyser des sentiments et de décrire des procédures médicales de façon presque…chirurgicale.

New in

Revenons à un peu de futilité… Ce mois-ci c’était un mois 100% achats Vinted, avec des achats plaisir et pratiques. Et pour commencer, ces deux paires de baskets tellement confortables, que je compte bien porter pour mon prochain voyage en avion.

Vous vous souvenez, je vous avais parlé de mes manies lorsque je voyage, et notamment la recherche absolue de confort. Ces deux-là, toutes deux de chez Nike, mais qui ne m’ont pas coûté un bras pour autant, vont m’accompagner dans mes futures pérégrinations, c’est certain!

Un joli rose poudré et une matière presque néoprène pour les Huarrache, et un textile beige et kaki plus léger pour les Roshe Two. Elles se complètent bien et je ne les quitte déjà plus dès que je dois marcher, même avec une petite robe!

Dans un registre plus chic, j’ai ENFIN mis la main sur les anneaux de chez Laura Lombardi, que je cherchais d’occasion depuis quoi? un an? Vu leur prix d’origine pas question de les acheter neufs, par contre j’adorais leur forme, largement copiée sur le net depuis, mais je voulais quelque chose de qualité que je puisse reporter longtemps. Elles sont légères, surprenantes, avec une couleur vraiment particulière (pas juste un doré clair). Je les adore et elles suffisent à elles seules pour terminer un look.

Le foulard en velours sur lequel elles sont posées est de fabrication maison, une autre cousette que je vous montrerai porté dans un look automnal ou hivernal, je l’adore car en noir il suit avec tout, en velours il est tendance pour cet hiver, et très chic tout en étant hyper confortable!

J’ai craqué sur cette chemise Equipment, également trouvée d’occasion sur Vinted. Cela faisait longtemps que je zieutais les créations de cette marque qui a inventé la chemise parfaite, et je ne suis pas déçue. La coupe est féminine, confortable, le tombé parfait, l’imprimé fou avec ses couleurs superbes, la matière (100% soie, hyper agréable bien que très fragile évidemment). Je n’ai eu que des compliments en la portant! Et je vous la montre dans un prochain look ici sur le blog!

Enfin, la quête absolue - oui ce mois-ci a vu se terminer 2 quêtes shopping de longue haleine ahah : j’ai enfin trouvé la robe Eternity de chez Les Petites, essayée il y a deux ans maintenant dans leur outlet, et reposé car bien trop chère. Et j’ai définitivement bien fait car celle-ci était à un prix encore élevé bien sur mais raisonnable, dans ma taille, encore étiquetée. La matière et la dentelle sont de grande qualité et la coupe V épaulée à tomber! Evidemment pas question de la porter version fifille, je la décale avec des boots militaires pas trop massives. Mais si elle vous plaît je vous la montrerai mieux dans un look?

Un nouveau parfum

Nouvelle saison, nouvelle vie…nouvelle fragrance!

L’an dernier c’était le poudré de chez Narciso Rodriguez, cette année, je vous l’avais dit, j’ai craqué sur le Gucci Bloom, plus fleuri comme son nom l’indique, mais avec tout de même une note poudré.

Je vais bientôt terminer mon Blanc de Courrèges - je vous en avais parlé également et j’en suis vraiment fan car il est très neutre et me correspond bien. Il était temps de me trouver une nouveauté assez légère à tester pour l’été qui arrive - oui vous avez bien lu, je m’apprête à revivre un autre été…La veinarde! On en reparle plus bas…

Cinéma

J’ai vu pas mal de films ce mois-ci, séries également, sur Netfilx ou au cinéma, et j’avais envie de vous parler de ces deux-là car ce sont ceux qui m’ont le plus marqué.

Mudbound, vu un peu par hasard, car Monsieur aime bien les films américains, tendance guerre et celui-là s’annonçait comme un “film de mec” (traduire : pas forcément ce vers quoi je serais allée toute seule). Finalement nous avons vraiment accroché, car le casting est bon et l’on est balancé dans une époque américaine vraiment difficile que, moi, française je ne connaissais pas bien. Retour de la seconde guerre mondiale, dans le Misisipi. Les noirs vivotent, les inégalités raciales sont exacerbées. Pourtant les soldats américains de retour d’Europe sont aussi des noirs, envoyés loin de chez eux, ayant vécu l’horreur, et ils reviennent dans un pays qui est le leur mais ne les reconnaît pas. Les blancs, parfois restés au pays, les dominent toujours et c’est l’apogée du ku-klux-klan.

C’est dans ce contexte que se lient d’amitié deux anciens soldats, un blanc et un noir, tous deux de familles d’agriculteurs. L’occasion aussi de découvrir la dureté de cette vie dans la boue, où la maladie et la faim étaient les principaux fléaux. Mais à cette époque, une telle amitié pose problème et leurs destins vont se croiser de façon dramatique. J’ai beaucoup aimé voir ce film qui m’a un peu secoué par la violence du quotidien des personnages.

Mais mon coup de coeur, et je savais que ça en serait un avant même de voir le film, c’est Shéhérazade. En ce moment en salles, c’est un film électrique, avec un rythme effréné, et une violence banalisée pour des jeunes que la société ne sait plus comment aider.

Zachary, 17 ans, sort de prison. Rejeté par sa famille, il ne se retrouve pas dans les services d’accueil et foyers qu’on lui propose et retourne rapidement à son quotidien : petits deals, vols… Il se reconstruit au milieu des prostituées, les seules qui lui font une place et l’acceptent.

Bien évidemment je ne vous en dirai pas plus mais ce film est riche et décoiffant. Le casting sauvage réalisé par le réalisateur permet de dévoiler les deux acteurs principaux, leur gouaille marseillaise, leur soif de vie, leurs blessures secrètes qui les rendent si fragiles et si violents. Les deux personnages sont tantôt attendrissants tantôt cruels, malmenés, abîmés, et leur destin jusqu’au bout est sur le fil. Ce film montre le poids des mauvais choix que l’on peut faire, une société impuissante face à une jeunesse perdue. Je n’en espérais pas moins de ce film coup de poing, à la fois dur et rafraîchissant.

Instagram

Une fois encore, un peu de légèreté avec quelques images qui m’ont plu ce mois-ci sur Instagram.

Vu pour la seconde fois et toujours aussi joli, ce blazer à la couleur automnale et délicate de chez Mango, vu sur @lapetitevannetaise. La couleur ne m’irait pas mais elle le porte si bien!

Egalement de saison ce look de @newdarlings, chic, féminin, cosy, et preppy. Cette grosse frange sur ces grosses lunettes, et ce maxi bun sur le sommet de la tête. Cette veste négligemment posée sur les épaules et ce gros pull doudou à la couleur noisette. Ces lèvres rouge et enfin, ce brunch de folie… Une photo parfaite et représentative de l’univers de ce compte!

Enfin, Un joli collier de chez Laura Lombardi, qui irait tellement bien avec mes nouvelles boucles d’oreilles! Nouvelle quête? On se revoit dans deux ans pour un bilan? XD

Je commence à sérieusement regarder les inspirations maison et cuisine, et j’ai vu de la très belle vaisselle chez @articture. Pas vraiment classique ni passe partout mais plutôt moderne. Pas non plus ce que j’ai l’habitude d’aimer ni d’acheter, et je suis presque sûre que ça ne rendrait rien chez moi mais je trouve ça d’une beauté et d’une finesse! Mention spéciale à ces assiettes marbrées, tellement précieuses… J’en rêve!

Le départ vers…la suite!

Last but not least : cette fin de mois est aussi synonyme pour moi de bagages et de caisses bien remplies! Nous faisons nos valises et sommes très pressés de rentrer, de partir… je ne sais pas bien quel terme utiliser mais cela se précisera très vite.

Fin de l’épisode français et début d’une nouvelle aventure que nous avons hâte d’entamer, avec son lot de surprises, d’incertitudes, sans doute de tensions et de joies… Pour l’instant c’est surtout cartons et papier bulles, mais je vous retrouve très vite pour vous raconter la suite : lors de mon prochain article je vous écrirai probablement depuis l’Argentine! Et comme là bas c’est le début du printemps, je vais refaire une cure de soleil et de lumière pour au moins six mois… Le bonheur!

En attendant je vous souhaite un très joli week-end et j’espère que cet article vous aura plu!

A très bientôt!

Automne français

Automne français

Nuances d'automne

Nuances d'automne