Voyage en Terre de Feu : Ushuaïa

Oups! j’avoue, cela fait un mois que j’ai totalement disparu des radars… Et pour cause : j’étais au bout du monde! Littéralement.

Comme vous le savez si vous lisez ce blog depuis ses débuts, je suis expatriée en Argentine. A la fin du mois de janvier, j’ai eu le plaisir de faire découvrir à mes parents ma nouvelle terre d’accueil, et surtout de découvrir en même temps qu’eux plusieurs endroits de Patagonie que je ne connaissais pas encore. Des retrouvailles qui avaient donc un vrai goût d’aventure, puisque nous sommes partis juste à trois, moi, ma maman et mon papa, pendant trois semaines à travers le sud argentin. Et comment vous dire?… C’était beau!

J’avais donc envie de partager avec vous un peu de ce voyage, et qui sait, vous donner envie à vous aussi de voir tout cela par vous mêmes… On commence donc tout de suite avec la première étape de notre périple, et pas des moindres : Ushuaïa!

Nous avons pris l’avion à Bahia Blanca, relié en direct à Ushuaïa. C’est sans conteste l’un des atterrissages les plus beaux que j’ai vu depuis que je voyage. L’arrivée au milieu des nuages, des montagnes, de la mer… tout a l’air si proche, et les couleurs sont si profondes.

Juste pour rappel, nous descendons de 1800 km au sud, et donc à la descente de l’avion…il fait froid! Nous sommes fin janvier, c’est le plein été en Argentine, mais tout en bas près du pôle, on est content d’être en doudoune!

Lors de ma précédente expérience patagonienne, j’étais descendue moins bas (à Rio Gallegos) et sincèrement , malgré le vent continuel, et même si les matins et soirs étaient froids, j’avais pu être en manches courtes dehors les jours de beau temps. Cette fois, ce fut différent. La ville est d’ailleurs entièrement tournée vers le tourisme et propose entre autres de nombreux articles de trekking ou d’alpinisme avec une bonne protection contre le froid (ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille).

Bref, nous voilà donc dans notre voiture de location direction notre gîte (je vous laisserait qq adresses en fin de post), et nous découvrons la ville à travers ses petites maisons colorées et son port industriel et de plaisance.

Vous avez sûrement déjà entendu qu’Ushuaïa est colorée grâce à ses petites maisons et c’est en partie vrai mais ce n’est pas ce qui a le plus retenu mon attention. J’ai été subjuguée par le cadre montagneux qui enserre la ville, et par la jolie baie où passent de nombreux bateaux toute la journée.

Autre rappel : lorsque vous êtes à Ushuaïa vous n’êtes plus sur le continent argentin, mais sur un ensemble d’îles. Aucun chemin terrestre ne permet de relier Ushuaïa à l’Argentine par la Terre, il faut passer par le Chili. Un élément de plus qui vous rappelle que vous êtes bien au bout du monde, en Terre de Feu.

Le premier jour nous sommes arrivés dans l’après midi mais avions envie de nous promener un peu, et nous nous sommes donc engagés vers le Glacier Martial. Un bon quart d’heure de route en voiture sur les hauteurs d’Ushuaïa et vous arrivez jusqu’au parking, et de là il ne vous reste qu’à monter à pieds. C’est paraît-il une belle randonnée, mais nous étions fatigués et le froid commençait à nous gagner, si bien que nous n’avons pas terminé la marche. Je vous le conseille cependant car la vue sur la baie est splendide!

Nous nous endormons donc dans notre gîte sur les hauteurs et nous réveillons le lendemain avec la vue de la baie dans la lumière du matin… Un spectacle incroyable!

Visites

Le premier jour nous avons décidé de commencer par une excursion sur le Canal de Beagle. Le canal sépare l’île principale - où se trouve Ushuaïa - des autres plus petites et est célèbre pour sa faune locale. En effet, on peut y observer une multitude d’oiseaux marins (cormorans notamment), les loups de mer mais aussi les pingouins venus nidifier sur l’île Martillo d’octobre à mars environ. Il faut compter 4 à 5 heures de navigation selon le voyage que vous choisissez et la saison (certaines routes sont fermées en hiver). Les compagnies qui proposent les excursions sont toutes sur le port, nous avons choisi Rumbo Sur mais elles s’alignent toutes niveau prix. La seule qui propose une version un peu différente est Piratour qui propose de débarquer sur l’île avec les pingouins - ce qui je vous avoue ne me paraît pas très ecofriendly…

Après avoir quitté Ushuaïa et navigué un peu dans le Canal, nous passons plusieurs îles habités par de gros cormorans, et arrivons jusqu’au Phare des éclaireurs où se trouvent les loups de mer. Le spectacle est surprenant, la vue du phare avec ses animaux et les côtes en arrière plan vaut le détour et est selon moi assez légendaire.

En continuant dans le détroit vous arrivez à l’île de Martillo où viennent chaque année nidifier des milliers de pingouins, dans un cadre exceptionnel (ils sont pas bêtes!). L’endroit est vraiment beau et voir marcher ces petits mammifères m’a rappelé mon expérience en Patagonie.

Comme je vous le disais seul une compagnie propose de débarquer sur l’île pour les approcher de tout près, mais si vous voulez mon avis cela n’ajoute rien à l’expérience et si je peux me permettre de quel droit va-t-on les déranger chez eux? Bref je ne peux que vous conseiller de ne pas trop cautionner et de rester sur votre bateau à prendre des photos d’assez près pour qu’elles soient jolies. Après tout c’est suffisant et les images qui vous resteront sont celles que vous garderez dans votre tête, vous verrez!

Le retour en bateau est du coup un peu long car il ne fait plus d’arrêt par les îles mais le paysage reste à couper le souffle et l’on voit le détroit dans l’autre sens finalement. Nous avons pris le bateau le matin et sommes donc revenus en début d’après midi avec une grande envie de nous dégourdir les jambes!

Ce que nous avons fait en nous promenant dans l’avenue principale d’Ushuaïa (San Martin), la seule rue comptant quelques commerces, essentiellement de souvenirs (pas toujours de très bon goût il faut bien le dire), de matériel sportif, et de restaurants. On en fait vite le tour mais ça permet de prendre la température de la ville et de déguster un bon chocolat chaud pour se réchauffer!

Le jour suivant nous avions envie de marcher un peu et de découvrir le fameux Parc national de Terre de Feu. En route donc vers l’entrée, et en chemin nous faisons un crochet par le fameux train de la Fin du monde. L’endroit est joli et permet si vous le souhaitez ou si vous voyagez avec des enfants ou des personnes n’aimant pas trop marcher ou à la mobilité réduite, de prendre le fameux train à vapeur qui traverse une partie du parc. De notre côté nous nous sommes contentés de la photo et avons eu la chance de voir le train prendre le départ.

Nous repartons donc vers l’entrée du Parc national, là encore le paysage est grandiose. Montagne à perte de vue, c’est le début de la chaîne des Andes et malgré le froid le paysage est très vert. Il faut prendre quelques routes de terre mais qui restent très praticables, allez y sans crainte! Une fois arrivés au parking, au pieds du centre de visiteurs, vous pouvez démarrer la randonnée.

Nous avons mis 4 heures il me semble pour aller jusqu’au bout du parc à la frontière chilienne. C’est joli mais assez désolé par endroit. Ce qui m’a le plus interpelée sont les couleurs et notamment les milles teintes de vert différents que nous avons pu observer, changeant constamment selon la lumière, et qui sont presque impossibles à capturer en photo. Une beauté bien différente de ce à quoi nos yeux sont habitués dans nos paysages européens.

Le parc est également bien connu pour héberger des hôtes un peu indésirables, importés et ravageurs : les castors. Ils rongent de nombreux arbres et sont à l’origine de dégâts irrattrapables dans les forêts argentines d’Ushuaïa. Je n’ai pas eu la chance d’en voir mais ils laissent des traces et des barrages que vous ne pourrez pas manquer…

Bref, si vous aimez marcher je ne peux que vous recommander le parc national de Terre de Feu (le niveau est facile et en vous promenant vous en ferez le tour à allure tranquille). Vous alternerez entre forêt, passerelles, mirador. Des lagunes s’ouvrent sur des vues plus montagneuses, le paysage changeant et la lumière si particulière de Patagonie vous promettent une belle journée de randonnée!

Le Musée Maritime a été notre dernière visite pour la matinée qui nous restait à passer dans la ville avant de reprendre l’avion. Je ne regrette pas d’y être allée car il est très complet. Saviez-vous que le nom Terre de Feu vient des premiers hommes qui ont peuplé Ushuaïa, les yamanes, indiens de l’époque qui vivaient nus et allumaient donc des feux sur l’île pour se réchauffer (des courageux vu le climat!)?

Le musée regroupe pas mal d’informations sur le peuple yamanes mais aussi sur la façon dont ils ont été traités et exterminés (presque entièrement), et sur le projet de colonisation qui a permis de donner le jour à la ville d’Ushuaïa. C’est la raison pour laquelle le musée se trouve dans les murs de l’ancienne prison, qui a été l’abri des prisonniers envoyés à l’époque pour construire la ville, les rues et édifices, dans des conditions déplorables. Edifiant et assez dur à imaginer. Comme je vous le disais, je vous conseille la visite si votre emploi du temps vous le permet.

Gastronomie

La spécialité d’Ushuaïa est la centolla, ou araignée de mer. Si vous n’aimez pas les fruits de mer, passez directement au paragraphe suivant!

Beaucoup de restaurants l’affichent en vitrine et en font leur fond de commerce, mais c’est parfois la pénurie donc un conseil : réservez et surtout demandez s’ils ont de la centolla fraîche (et non congelée) avant de vous assoir et commander. Vous pouvez la déguster comme le homard (ébouillantée), ou en cassolette.

L’autre spécialité de la Patagonie en général c’est bien sûr l’agneau de Patagonie, cuit “al asador”. L’agneau est attaché et exposé à distance de la flamme, il cuit donc tout doucement, se dégraisse et dore tranquillement. Un régal! Il faut savoir que contrairement à l’agneau que nous connaissons en Europe, parfois sec, l’agneau de Patagonie est très tendre et un peu plus gras. Il est donc parfait au barbecue, et très savoureux. A goûter absolument dans une bonne parilla!

Enfin, dernière spécialité d’Ushuaïa : la truite noire (“trucha negra”). Nous ne l’avons pas gouté par manque de temps et aussi car elle est un peu hors de prix (compter 900 pesos la part - NDLR : 1 euro = 42 pesos en janvier 2019). Il s’agit d’un poisson énorme et apparemment très charnu et fin. Si vous le goûtez un jour, revenez me dire par ici comment c’était!

Pour conclure

J’avais juste envie de revenir sur deux points qu’il me semblent importants de retenir si vous voulez aller à Ushuaïa. C’est évidemment un endroit mythique et assez touristique, il faut donc vous attendre à croiser beaucoup de touristes (et je dois dire pas mal de français, nous avons été surpris). Cela fait donc de cette destination un endroit plutôt facile et praticable, car prévu pour les touristes, bien desservi, et l’accueil a toujours été bon partout où nous sommes allés. Je n’ai à aucun moment ressenti l’insécurité qui fait la réputation de l’Amérique Latine, au contraire. Même à un voyageur seul je le conseillerai sans problème.

Le revers de la médaille est bien sûr qu’en tant qu’endroit touristique, Ushuaïa est relativement cher. Les hôtels, restaurants, parcs, jouent à fond la carte touristique et en profitent un peu parfois. Je pense notamment au 10% de pourboires attendus par les serveurs et clairement écrits sur chaque addition de restaurant… (à prendre en compte dans votre budget, même si ce n’est pas une obligation, cela semble une vraie coutume). A l’inverse, j’ai trouvé que la ville manquait un peu de lieux ”sympa” où s’assoir le soir pour prendre un verre en regardant la baie éclairée. Tout est assez aseptisé, je n’ai pas trouvé de petit bar vieillot et authentique, j’imaginais Ushuaïa avec un surplus d’âme et je dirai que c’est un peu ma seule déception.

En dehors de cela, je n’ai qu’un mot à dire: foncez-y!

 
  • Gîte / Hostelería : Tango B&B

950, Gdor. Manuel Fernández Valdez

Un grande maison avec vue sur le port, et des hôtes charmants qui vous donnent toutes les infos - Una casa grande con vista al puerto y sus habitantes muy acogedores, que les darán todos los datos que puedan necesitar.

  • Restaurant / Restaurante :

Centolla : La Cantina fueguina de Freddy

San Martin 300-398

Cordero al asador : Moustacchio

San Martin 387

  • Musée Maritime et d’Ushuaïa/ Museo maritimo y de Ushuaïa

Gobernador Paz, Yaganes

  • Salon de thé / Cafeteria:

Laguna Negra

San Martin, 513

(les compagnies de bateaux vous offrent presque toutes un bon gratuit pour y goûter le chocolat chaud) - (las companias de barcos les regalan casi siempre un chocolate caliente gratis a probar en esta cafeteria)