Mon coeur bat pour #15

Juste à temps ce mois-ci pour vous parler de mes favoris du mois de mai! Une fois encore, je vous parle de sujets variés, et je commence par…

 

Une semaine de vacances à la maison

Comme d’habitude, les vacances passent bien trop vite ! Mais cette fois j’avais décidé d’en profiter à fond et le soleil a été de la partie, ce qui nous a bien aidé !

Allées et venues au jardin, mais aussi moments de jeu et de complicité entre petits et grands. On dira ce que l’on veut, les jeux de société et autres activités non électroniques sont indémodables de génération en génération, et sont ceux que j’ai le plus de plaisir à transmettre. Si vous en doutez car vos enfants sont constamment le nez dans la tablette, le téléphone ou la PlayStation, essayez ! Domino, Jungle speed, Monopoly, dés, cartes… Chaque enfant a ses préférences mais ils sont tous sensibles au fait que pendant une partie de jeu de l´oie ou de Jenga, vous êtes 100% avec eux, présent a ce que vous faites, et que vous vous amusez autant qu´eux !

 Et quoi de mieux après cela qu’un bon goûter bien gourmand ? Une glace fait toujours l’affaire ici, même en hiver ! mais j’avais aussi très envie de leur faire découvrir le pain perdu tel que me le faisait ma maman, et cette recette a eu un grand succès ! Il faut dire que chaque tartine était fondante et chaude, et généreusement recouverte de Dulce de leche ou de cassonade… que demander de plus ?

Je me suis également mise au fourneaux pour préparer un cassoulet en suivant tant que possible la recette française traditionnelle, et en utilisant des ingrédients argentins. Résultat : plutôt réussi, il était savoureux et la viande que j’avais choisie (saucisse, lard fumé et poitrine de porc) se mariait très bien aux haricots et à la tomate. Il a mijoté un très long moment et nous nous sommes régalés !

Enfin, histoire de ne pas s’oublier, j’ai pris du temps pour me faire une séance de yoga complète, qui m’a fait le plus grand bien. Un peu dur de s’y mettre quand on a beaucoup d’autres choses à faire, mais après tout s’occuper de soi devrait être une priorité comme une autre non ?

 

 

 

 

 

Shorter hair

 Je sais, je viens juste de me couper les cheveux il y a quelques semaines. Mais que voulez-vous, je suis comme ça. J’ai subitement eu très envie d´un carré encore plus court, à la Matilda dans Léon, ou Amélie Poulain…Pas envie d’attendre, j’ai donc attrapé une paire de ciseaux et coupé moi-même. Je l’ai déjà fait par le passé, et j’avoue que la plupart du temps je m’en sors plutôt pas mal. Pas de catastrophe, je rectifie quelques mèches si besoin le lendemain, mais au moins j´obtiens toujours la coupe que je voulais. Les coiffeurs ont toujours tendance à désépaissir, même si je leur dis de ne pas le faire, si bien qu´avec mes cheveux fins je termine toujours avec des coupes plates et sans vie. Cette fois pas question, et je suis ravie d’avoir autant de volume !

 

 

 

 

 

 

Cinéma

 

Ce mois-ci je vous recommande deux films argentins, que j´ai regardé par hasard pour l´un et pour parfaire ma culture du cinéma argentin, pour l´autre.

Mi Obra Maestra est en ce moment sur Netflix, et le casting est très bon. Les dialogues truculents et les personnages détestables mais attachants participent á faire de ce film un futur « classique » du cinéma argentin et de son humour bien particulier. Vous serez plongés dans le milieu de la peinture dans un Buenos Aires á la fois décati et très chic, où se croisent divers protagonistes du marché de l´art : un peintre, génie imbu de sa personne mais sur la pente descendante, son agent et ami fidèle, un peu désespéré mais jamais à court d´idées, un jeune apprenti un peu naïf, une petite amie sans scrupule et une directrice de galerie froide comme la pierre. Tout ce petit monde se croise pour notre plus grand plaisir et se noue bientôt une intrigue et une série d’évènements incroyables et drôles qui vous portent de façon improbable jusqu’à la fin du film. Je ne vous en dirai pas plus, regardez-le !

 

Dans un autre genre, bien plus ancien, mais toujours représentatif de cet humour argentin : Esperando la carroza (« En attendant le carrosse »). Un vieux film adapté d´une pièce de théâtre, datant d’avant ma naissance (1985), dans la veine de ces films faisant la part belle à une troupe d´acteurs (comme les bronzés avec la troupe du Splendid). Dialogues explosifs, jeux de mots, personnages un peu stéréotypés. Tout est gros et bruyant, mais ça fonctionne et on se laisse prendre au jeu de cette famille complètement tordue et de la fameuse Mama Cora, interprétée par un homme. A voir entre amis et à connaître absolument comme référence !

 

 Enfin, dernière recommandation avec cette serie dont je tenais absolument à vous parler : Chernobyl. Vous avez certainement vu la bande annonce, puisqu’ elle est censée être la série qui prendra la suite sur HBO de Game of Thrones, dont la fin nous a sans doute tous laissés pantois et déçus… Bref ! Chernobyl est une mini-série en 5 épisodes qui raconte presque heure par heure les évènements de la fameuse catastrophe nucléaire de 1986. En Europe, les faits sont très connus et l’on sait tous plus ou moins ce qui s’est passé dans cette usine et comment les choses ont été (mal) gérées par l’union soviétique à l’époque.

Ce que l’on connait moins, et que montre la serie, ce sont les protagonistes qui ont joué un rôle important dans le dénouement et la résolution des évènements, largement portés par une excellente distribution des trois rôles principaux. La série s’attache aussi à montrer ceux qui ont vécu l’accident de près ou de loin (et plutôt de près) : pompiers, civils, techniciens, politiques, policiers…

La Russie et son sens du sacrifice sont évidemment largement exploités par la série, mais d´une façon sans doute proche de la réalité.

Il est effrayant de voir à quel point ces faits remontant à trois décennies sont encore autant d’actualité, et l’on reste pensif en imaginant quelle serait la gestion de crise que choisiraient nos dirigeants aujourd’hui. Ne continue-t-on pas de jouer avec le feu, en multipliant sur nos continents des usines dangereuses dont on ne connait sans doute pas tous les risques, en prétextant que « tout est sous contrôle » …

 

 

 

Instagram

 

Quelques coups de cœur du mois niveau mode et déco, et surtout la découverte de nouveaux comptes français et argentins !

J’ai adoré beaucoup de pièces de la nouvelle collection été La Redoute, et notamment ce maillot a pression à la coupe un peu rétro, en tout cas très classique. Dommage, ici c’est l’hiver, mais on se réchauffe comme on peut en rêvant! Enfin j’ai adoré ces deux looks à base de veste. Tout d’abord sur un compte que je ne connaissais pas (@monlook.fr) et qui présente de nombreuses pièces dans l’air du temps à des prix raisonnables : j’aime beaucoup ce rose saumon légèrement terracotta. Et j’ai adoré cette silhouette chic et confortable vue sur le compte @idee2look qui propose toujours des bons plans et des looks actuels.

Coté argentin, j’ai aimé la composition de la boutique Young Urban, dans laquelle je suis déjà allée plusieurs fois et dont j’adore les propositions. Ce pantacourt kaki bien large, associé à un pull moutarde et des petites baskets : le summum du look confortable et tendance ! J’ai découvert la boutique You love Boho, située à Mar Del Plata, qui propose également des pièces très originales et souvent colorées. Je suis tombée en amour pour cette robe combinaison en velours au couleurs totalement automnale. Je n’ai pas encore craqué mais j’ajoute l’adresse à mon carnet des lieux à visiter absolument si je vais à Mar Del Plata !

Enfin, un peu de déco avec @indioshop, cette boutique Instagram vintage qui propose toute sorte d’objets et de vêtements, dont cet adorable set sel-poivre. Ce que j’adore ? Il est unique et coloré et s’adapte à tous les intérieurs, du plus moderne au plus traditionnel.

 

 

 

 

25 de mayo

J’ai passé pour la première fois le 25 mai en Argentine. C’est un peu notre 14 juillet à nous en France, c’était un samedi et je ne savais pas trop comment cela se passerait, si tout serait fermé, ou si au contraire il y aurait des défilés de l´armée ou de grandes fêtes.

J’ai eu la surprise de constater que certains commerces avaient choisi d’ouvrir ce jour-là (cela arrive de plus en plus souvent ici les jours fériés, la crise aidant…). Je me suis donc promenée un peu à Cañuelas, petit village près de Buenos Aires, et je suis tombée par hasard sur une feria de chevaux, sorte de démonstration ou défilé d’éleveurs de chevaux.

Je suis restée un long moment à admirer, un grand sourire béat aux lèvres, les hommes, femmes et enfants qui montaient toute sortes de chevaux ou attelages, du plus grand et racé au plus court tacheté, seuls ou en troupeaux. Il n’y a pas à dire, l’argentine est le pays du cheval. Cavalier dès tout petits, ils avaient tous fière allure et montaient de façon tellement naturelle et innée.

Les selles en cuir, les bottes, les couvertures tissées, les harnais, et les costumes bien sûr : tout concordait à vous transporter à une autre époque. Une allure, un regard, un sourire, une façon imperceptible d’ordonner un trot avec la main ou le pied… j’ai absorbé chaque instant du défilé et me suis promise une chose : je remonterai bientôt à cheval !

  

C’est sur cette promesse que je finis mon article. Le mois de mai se termine ici, laissant chaque jour la place a plus de froid et d’humidité, mais je me console en me disant que le printemps également se rapproche et que l’hiver dure moins longtemps ici.

CULTURE, DECO, FOOD, MODEAHComment